Titre

"Prendre soin de soi, pour prendre soin des autres"

Pensées occasionnelles - 1

                              En lisant cet article et les deux autres qui suivent, je vous invite à les replacer dans le contexte de l'époque (2010).     


            Certaines situations ont évolué ou changé, mais l'invitation qui nous est faite, est de toujours restés attentifs et vigilants aux  

                                            évènements qui jalonnent notre existence si nous voulons être co-créateur de notre Vie.

Le titre que j’ai choisi pour cet article « Pensées occasionnelles » est en rapport avec le nom de certains Waka, écrits par l’Empereur MEIJI.

S’il a nommé la plupart de ses poèmes de façon explicite, par exemple : MIZU (eau), TOMO (amitié), une vingtaine d’autres portent le  nom          ORI NI FURETE « Pensées occasionnelles ». On ne découvre leur sens qu’en les étudiant. D’une certaine façon il a voulu attirer notre attention sur un thème précis et particulièrement  important à ses yeux, en nous disant : 
                                  « Est-ce que vous pourriez s’il vous plait, à l’occasion, penser à ça ! Et si possible, dans beaucoup d’occasions ! »
 

Dans le présent article je vais aborder des sujets différents mais néanmoins liés. Ils m’affectent particulièrement et m’incitent donc à attirer votre attention, ce qui justifie pour moi ce titre.

La première partie sera en quelque sorte un mini « coup de gueule » pour dénoncer certaines décisions prises par nos autorités, alors que dans la seconde je ferai une analyse du courant Reiki actuel. Au final, la recommandation que j’adresse est destinée principalement aux personnes sincères qui aspirent à « cheminer » dans la Voie du Reiki.

Dans ces 3 volets je n’ai pas l’intention de me positionner en donneur de leçons, mais de livrer mon sentiment sur quelques situations et comportements que je trouve particulièrement dégradants et néfastes.


                                                                                                                                     La méprise !


Je vais évoquer une situation qui me pèse depuis quelques temps. Il s’agit de « la chasse aux sorcières » qui se pratique actuellement dans le milieu des pratiques énergétiques, du développement personnel ou du bien-être, sous de « faux prétextes » (secte - risques de manipulations mentales – exercice illégal de la médecine…).

Le Reiki n’y échappe pas ! Je veux aborder sereinement ce sujet, dire les choses avec simplicité mais sans complaisance.
 

La MIVILUDES (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires) s’active farouchement depuis un certain temps pour débusquer les malfaisants. Certains médias prennent le relais avec délectation, ils font plaisir au pouvoir en place et participent au conditionnement des masses. On nous sert par moments bien choisis (à quelques jours de la présentation du rapport 2009 de la MIVILUDES) des reportages, dont on peut douter de l’objectivité et de la rigueur professionnelle qu’on est en droit d’attendre.
Y a t-il un code de déontologie dans la profession de journaliste ?
Il semble heureusement que ceux qui participent à ce genre d’exercice, ne représentent qu’une infime minorité. Je garde néanmoins en mémoire la « fameuse » émission diffusée sur M6, le 10 Mai 2009 à 22h45, ayant pour titre « CHAMANS, GOUROUS : nouveaux sorciers, nouveaux dangers ». Elle n’est malheureusement qu’un exemple parmi les reportages qui mettent en pâture des pratiques « hors normes officielles » et certains intervenants, en les faisant passer pour des escrocs, des voyous ou des fous « agités du bocal ».
A propos de cette émission, rien qu’en lisant le titre comment ne pas avoir peur ? Ne nous y trompons pas, rien n’est fait au hasard ! C’est d’ailleurs le but recherché : FAIRE PEUR !!! Un truc vieux comme le monde. Il vous met tout de suite dans l’ambiance de ce qui suit dans le reportage. Quand il y a meurtre, la première question que se posent les enquêteurs est : « A qui profite le crime ? ». Dans le cas présent, est-il vraiment nécessaire de se poser la question ?
Pendant la semaine qui a suivi sa diffusion j’ai étudié la copie de ce film. Cela a consisté à : décortiquer le montage des séquences, retranscrire tous les commentaires, les analyser, découvrir comment la désinformation est induite, comment on amène une stagiaire à dire des choses qui visiblement n’avaient même pas effleuré son esprit. J’ai ensuite comptabilisé le temps de parole imparti à chacun des intervenants, etc. C’est édifiant et inqualifiable !
Rien qu’un exemple : Cette émission dure 1h 08’ 57’’, y compris la « pause publicitaire » vers le milieu du reportage. Je dis « pause publicitaire » car en effet c’est l’expression utilisée. Ceci pour nous inciter à regarder des spots (bien confortablement installés dans nos canapés) et à écouter la prêche (pardon, la bonne parole !) des prêtres publicistes qui cherchent à nous conditionner sur ce que nous devons penser et surtout consommer, si nous voulons restez jeunes, être heureux, beau, beau, beau et c... à la fois ! L’émission vous offre une « Pause ! », on dirait du PAGNOL. Pour revenir plus sérieusement à notre exemple, le temps de parole de Nita MOCANU (mis en cause dans ce reportage) est de 3’ 24 pour 13 interventions, allant de 2 à 52 secondes. Notez encore que la coupure publicitaire intermédiaire dure 6’ 22 sans interruption (il faut bien que la « petite chaîne » vive !), presque le double que le temps imparti au « businessman de l’énergie universelle ». (Mais OUI, c’est ainsi qu’ils l’ont nommé !)
L’intention des commanditaires était-elle ce soir là d’informer objectivement le public ? On ne peut qu’en douter ! Si on doit être amené un jour à observer dans le détail ce reportage, ce n’est pas un article qu’il faudra écrire mais une thèse. Je me prononce ici par rapport au Reiki que je pratique de longue date, et à la personne mise en cause que je connais personnellement depuis plusieurs années. Pour les autres sujets traités dans le film, je ne me prononce pas pour la simple raison que je ne les connais pas, ni ceux qui les représentent. 
                                                                                          

                                                                                                             Mes interrogations

  
Nous prendrait-on pour des sots ? Ce n’est pas le mot qui me vient à l’esprit en écrivant ces lignes mais je me suis promis de rester serein. J’aurais tendance à croire que : « OUI ! ». 
Qui parle de manipulations mentales  et qui manipule qui dans le cas présent ?  On est en droit de se demander si ce n’est pas le gendarme qui joue au voleur. On aura tout vu. Malheureusement je crains que non ! 
Est-ce qu’on prend les centaines de milliers de praticiens de notre pays pour des fous dangereux, des idiots, des incompétents, des escrocs, des voleurs, des gourous, des manipulateurs à l’affût de la prochaine victime ?

Si la réponse est : « OUI ! », alors il faut que nos dirigeants s’empressent de faire des rafles pour exterminer la vermine.
Idem pour les personnes qui souffrent dans leur corps, dans leur chair et qui bénéficient quotidiennement des bienfaits des séances Reiki (ou d’autres pratiques énergétiques, toutes aussi respectables).
- Est-ce qu’elles ne sont pas capables de juger par elles-mêmes des bienfaits ou de l’absence de résultat ?
- Est-ce qu’elles ne sont pas en mesure de ressentir la diminution de leurs souffrances ou une quelconque amélioration, que ce soit sur le plan physique, émotionnel ou mental ?
- Est-ce qu’elles sont totalement démunies d’intelligence et de discernement ? 
- Est-ce que les personnes qui nous sollicitent pour venir en aide aux membres de leur famille « en difficulté » sont elles aussi suspectées ? 
- Sont-elles les complices de la « voyoucratie énergétique » que nous sommes censés représenter ?
- Est-ce qu’elles sont totalement démunies d’intelligence et de discernement ? 
  
                                                                                                                       Conclusion pour ce volet


Si je devais m’adresser aux personnes qui doutent du bon sens et de l’honnêteté de l’immense majorité des praticiens et des personnes qui font appel à eux, je leur demanderai :
« Mais pour qui vous prenez-vous ? Sur quoi fondez-vous vos doutes, vos accusations ? Quelles sont vos réelles motivations ? Faites preuve d’un peu d’honnêteté intellectuelle et de modestie dans votre analyse de la situation ! Ne soyez ni suffisants, ni arrogants ! Respectez « la France d’en bas », respectez-nous et respectez les personnes qui ont recours à ces pratiques ! Elles ne sont pas aussi naïves que vous le pensez. Elles savent pertinemment ce qui est bien pour elles, inutile d’essayer de leur faire croire vos mensonges  ou de tenter de les formater ! Ce temps est révolu ! »
Si nous nous adonnons à ces pratiques, c’est parce qu’elles sont en accord avec nos convictions, notre façon d’appréhender la Vie et les relations, dans une société où l’humain et la nature sont la priorité. Nous recherchons tous notre part du Bonheur et tentons d’ajuster nos actions en accord avec nos valeurs. Messieurs, nous ne voulons rien vous prendre, ni votre argent, ni votre pouvoir ! Mais laissez-nous tranquille et respectez-nous !   
Il serait facile (mais inutile) de disserter plus longtemps sur ce sujet, voilà globalement ce que je souhaitai exprimer et partager avec vous aujourd’hui.

J’ai une pensée pour Alain CHEVILLAT, Directeur - Fondateur de l’association « Terre du Ciel » qui a subi les foudres d’un contrôle musclé dont vous avez  sans doute eu quelques échos.
Si ce n’est pas le cas, je vous invite à consulter le site : http://www.terre-du-ciel.fr

                                                                                          Prochain volet :  Analyse du courant REIKI actuel
      
                                                                                                                                 Juillet 2010