Titre

"Prendre soin de soi, pour prendre soin des autres"

« Ce n’est pas que nous disposions de très peu de temps,

c’est plutôt que nous en perdons beaucoup »


Sénèque




Pensées philosophiques


 

La Voie Sainte

Faire en silence et sans murmure ce que d’autres méprisent ou négligent.

Eclairer par son exemple le chemin de la Perfection ouvert à tous.

Ne point rechercher la Grâce intérieure de l’extase ou de la béatitude, mais garder haute dans son cœur la flamme vive qui veille sur la fidélité et sur l’amour.

Ne jamais diviser les hommes mais les rassembler sous le spectre de la compréhension et de la bienveillance, sans distinction de classes ou de croyances, dans l’accomplissement de l’œuvre parfaite.

Telle est la définition et tel est le but de notre existence ici-bas.

Ne s’irriter  de rien ni de personne, sachant que la vie toute entière fait éclater la Gloire du Seigneur.

Etre l’instrument toujours docile sous la main du Maître, sans autre volonté que de Lui obéir parfaitement.

Dans la sérénité de son âme, connaître la contemplation ininterrompue de la Foi. 
En avant, toujours en avant ! Au bout du tunnel il y a la Lumière. Au bout du combat, il y a la Victoire. Au bout de l’amour, il y a Dieu!



Comment garder une perspective le long de la voie

« La Sadhana (ou pratique spirituelle) peut être un piège, comme tout autre mélodrame, dit Ram Dass, auteur de Be Here Now.  Il est utile de garder une perspective le long de la voie afin de ne pas trop rester attaché au stade auquel on travaille ». 
Ces treize conseils ont paru pour la première fois dans Be Here Now.
1. Chaque étape à laquelle on peut s’identifier doit disparaître. Même l’identification finira par disparaître. Une personne qui se dit illuminée ne l’est probablement pas.
2. L’euphorie initiale qui vient lors du premier éveil à un tant soit peu de conscience et sauf dans certains cas très rares, elle disparaîtra… laissant un sentiment de perte, de disgrâce ou de désespoir. La nuit obscure de l’âme, de saint Jean de la Croix se rapporte à cet état.
3. La Sadhana est semblable aux montagnes russes. Chaque nouveau sommet est habituellement suivi d’un nouveau creux. Le fait de comprendre cela permet de tenir compte un peu plus aisément des deux phases.
4. A mesure qu’on se purifie, les impuretés semblent plus grosses et plus grossières. Il faut comprendre que ce n’est pas parce qu’on est pris davantage dans l’illusion mais qu’on la voit plus clairement. Les lions qui gardent le portail du temple deviennent plus féroces à mesure qu’on avance vers chaque temple intérieur. Mais bien entendu, la lumière est également plus brillante. Cela devient plus intense à cause de l’énergie additionnelle qu’implique chaque étape de la Sadhana.
5. Au départ, vous considérerez votre Sadhana comme une partie limitée de votre vie. Avec le temps, vous vous apercevrez que tous vos gestes font partie de votre Sadhana.
6. L’un des pièges qui longent la voie est le piège Sattvique : celui de la pureté. Vous allez tout faire comme il faut… et vous attacher à votre pureté. En Inde, on appelle cela la « chaîne d’or ». Ce n’est pas une chaîne de fer, mais c’est tout de même une chaîne. Vous devrez abandonner votre idée de pureté si vous voulez vous rendre jusqu’au bout dans cette voie-ci.
7. Au début du voyage, vous vous demandez combien de temps il prendra et si vous vous rendrez à destination dans cette vie-ci. Plus tard, vous verrez que vous vous en allez ICI et que vous arrivez MAINTENANT…vous cesserez alors de vous poser la question.
8. Au début, cela représente un effort. Plus tard, vous vous contenterez d’accomplir votre Sadhana, parce qu’il n’y a rien d’autre à faire.
9. A certains stades, vous prendrez votre Sadhana très au sérieux. Plus tard, vous verrez la sagesse de Jésus lorsqu’il affirme que pour chercher le Seigneur, les hommes n’ont pas besoin de se défigurer. L’humour cosmique, surtout lorsqu’il se rapporte à votre propre situation, est une partie importante du voyage. 
10. A certains stades, vous rencontrerez un plateau, comme si tout s’arrêtait. C’est un moment difficile du voyage. Sachez qu’une fois entamé, le processus ne s’arrête pas ; il parait s’arrêter de votre point de vue, sans plus. Continuez, c’est tout. Peu importe, en réalité, que vous pensiez ou non que « ça se passe ». En fait, l’idée que « ça se passe » n’est qu’un obstacle de plus.
11. Vous vous attendiez peut-être à ce que l’illumination arrive comme un éclair instantané et permanent. C’est peu probable. Après la première expérience du genre « ah ! ah ! », le déploiement est graduel et presque indistinct. On peut le voir comme la dispersion d’une couche de nuages… jusqu’à ce qu’il ne subsiste que le voile le plus transparent.
12. Il y a, en plus des cycles « haut et bas », un cycle « intérieur et extérieur ». C'est-à-dire qu’il y a des stades auxquels on se sent attiré par le travail intérieur : tout ce qu’on cherche, alors, c’est un endroit tranquille pour méditer et continuer. Puis, à d’autres moments, on se tourne vers l’extérieur et on veut vivre dans le monde. Ces deux phases du cycle font partie de la Sadhana. Car ce qui vous arrive dans le monde contribue à votre méditation et ce qui vous arrive dans la méditation vous aide à participer au monde sans attachement.
13. Ce qui vous arrive n’est rien moins que la mort et la renaissance. Ce qui meurt, c’est toute la façon dont vous comprenez « qui vous êtes » et « ce qu’est tout cela ». Ce qui renaît, c’est l’enfant spirituel pour lequel tout est neuf. Ce processus, qui consiste à prendre soin d’un égo qui meurt en même temps que vous passez par un processus de naissance, est terrifiant. Ayez la gentillessed’honorez celui (le soi) qui est en train de mourir, tout comme celui (le soi) qui est en train de naître.

Ram Dass - auteur de Be Here Now

                         

Prendre le temps de lire et de méditer un peu sur la Vie !

Mon ami ouvrit le tiroir de la commode de son épouse et en sortit un petit paquet enveloppé de papier de soie :
« Ceci dit-il n’est pas un simple paquet, c’est de la lingerie ». Il jeta le papier et observa la soie, la dentelle.
« J’ai acheté ceci la première fois que nous allâmes à New York, il y a 8 ou 9 ans. Elle ne l’utilisa jamais. Elle voulait le conserver pour une occasion spéciale. Eh bien… je crois que c’est le bon moment, justement ».

Il s’approcha du lit et rajouta ceci à d’autres choses que les pompes funèbres emmèneraient. Sa femme venait de mourir.
Et en se tournant vers moi, il me dit : « Ne garde rien pour une occasion spéciale, chaque jour que tu vis est une occasion spéciale ».

Je pense toujours à ces paroles… elles ont changé ma vie.

Aujourd’hui je lis beaucoup plus qu’avant et je nettoie moins.
Je m’assieds sur ma terrasse et admire le paysage sans prêter attention aux mauvaises herbes du jardin.
Je passe plus de temps avec ma famille et mes amis et moins de temps au travail.
J’ai compris que la vie est un ensemble d’expériences à apprécier.
Désormais, je ne conserve rien.
J’utilise mes verres en cristal tous les jours.
Je mets ma nouvelle veste pour aller au supermarché si l’envie me prend.
Je ne garde plus mon meilleur parfum pour les jours de fêtes, je l’utilise dès que j’en ai envie.

Les phrases du type « un jour… » et « un de ces jours… » sont en train d’être bannies de mon vocabulaire.
Si ça en vaut la peine, je veux voir, entendre et faire les choses maintenant.
Je ne suis pas tout à fait sûr de ce qu’aurait fait la femme de mon amie si elle avait su qu’elle ne serait plus là demain (un demain que nous prenons à la légère).

Je crois qu’elle aurait appelé sa famille et ses intimes.
Peut-être aurait-elle appelé quelques vieux amis pour faire la paix ou s’excuser pour une vieille querelle passée.

J’aime penser qu’elle serait peut-être allée manger chinois (sa cuisine préférée).
Ce sont ces petites choses non faites qui m’énerveraient beaucoup si je savais mes heures comptées.
Je serais énervé de ne plus avoir vu certains de mes amis avec lesquels je devais me remettre en contact « un de ces jours ».
Enervé de ne pas avoir écrit les lettres que j’avais l’intention d’écrire un de ces jours.
Enervé de ne pas avoir dit assez souvent à mes proches combien je les aime.
Maintenant je ne retarde rien, ne repousse rien ou ne conserve rien qui pourrait apporter de la joie et des rires à nos vies.

Je me dis que chaque jour est spécial… chaque jour, chaque heure, chaque minute est spécial…
Si tu reçois ce message, c’est que quelqu’un te veux du bien et parce que toi aussi de ton côté tu as des gens qui te sont chers.
Si tu es trop occupé, prends quand même quelques minutes pour le lire, il contient quelques messages, bons pour l’âme !

Inconnu


Instructions pour la Vie !

Donne aux gens plus que ce qu’ils attendent et fais-le avec goût.
Mémorise ton poème préféré.
Ne crois pas tout ce que tu entends.
Lorsque tu dis : « Je t’aime », dis-le sérieusement…
Reste fiancé 6 mois au moins avant de te marier.
Crois à l’amour au premier coup d’œil.
Ne te moque pas des rêves des autres.
Aime profondément et passionnément. Tu peux en sortit blessé, mais… c’est la seule façon de vivre la vie.
En cas de désaccord avec tes proches, sois loyal. N’offense pas.
Ne juge pas les autres à travers leurs proches.
Parle lentement, mais réfléchis rapidement.
Si quelqu’un te pose une question à laquelle tu ne souhaites pas répondre, souris et demande-lui « Pourquoi souhaites-tu savoir ? ».
Rappelle-toi que le plus grand amour et les plus grands succès comportent des risques majeurs.
Appelle ta maman.
Dis « à tes souhaits » lorsque tu entends quelqu’un éternuer.
Quand tu perds, ne perds pas la leçon.
Rappelle-toi les 3 R : Respect envers toi-même, Respect des autres, responsabilité de tes actions.
Ne permets pas qu’un petit différend abîme une grande amitié.
Lorsque tu te rends compte que tu as commis une erreur, corrige-la immédiatement.
Souris lorsque tu réponds au téléphone. Celui qui t’appelle le sentira au son de ta voix.
Marie-toi avec un homme/femme qui a de la conversation. Lorsque vous serez vieux, votre capacité à converser sera plus importante que tout le reste.
Passe un peu de temps seul.
Sois ouvert aux changements mais n’oublie pas pour autant tes valeurs.
Rappelle-toi que le silence est la meilleure des réponses.
Lis plus et regarde moins la télé.
Vis une bonne vie honorable. Lorsque tu seras vieux, tu te rappelleras le passé et tu apprécieras.
Aie confiance en Dieu mais ferme bien les portières de ta voiture.
Une atmosphère amoureuse est importante à la maison. Fais ton possible pour créer une ambiance tranquille et harmonieuse.
En cas de désaccord avec tes proches, donne de l’importance à la situation présente, ne remue pas le passé.
Lis entre les lignes.
Partage tes connaissances. C’est une manière d’obtenir l’immortalité.
Sois gentil avec la planète.
Prie.
N’interromps pas quelqu’un qui te montre de l’affection.
Occupe toi de tes affaires.
N’aie pas confiance en un homme/femme qui ne ferme pas les yeux lorsqu’il/elle t’embrasse.
Visite une fois l’an un endroit que tu ne connais pas.
Si tu gagnes beaucoup d’argent, mets-en à la disposition des autres pour les aider de ton vivant. C’est la plus grande satisfaction que la fortune puisse te donner.
Rappelle-toi que ne pas obtenir ce que tu veux, quand tu veux est parfois un merveilleux coup de chance.
Apprends toutes les règles, mais enfreins-en une de temps en temps.
Souviens-toi que la meilleure des relations est celle dans laquelle l’amour entre deux personnes est plus grand que la nécessité, que l’un à de l’autre.
Juge ton succès par rapport à ce que tu as dû renoncer pour l’avoir.
Aborde l’amour et la cuisine avec un certain abandon téméraire.

Inconnu

                                     

Aphorismes de SWAMI RAMDAS

Regarde ! Dieu est en toi. Dieu, c’est l’amour infini.
Il est la Joie et la Lumière éternelles qui imprègnent l’Univers tout entier.
Élève-toi au-dessus de la notion des choses de ce monde.
Atteins le sommet et la gloire de la présence pure et éclatante de Dieu.
Abandonne le « je «  et le « mien » et tu te trouveras en face du Seigneur.
Elève chacune de tes pensées et tu demeureras dans une bienheureuse conscience divine, c'est-à-dire en Dieu.
Aspire à le réaliser. Trouve-le dans le commencement, le milieu et la fin de toutes choses et de tous évènements.
Sois humble, sois pur, sois simple, sois innocent et Dieu est à toi.
Dieu qui est amour demeure dans ton cœur.
Sois-en toujours conscient. Alors tes pensées sont des pensées d’amour, tes actions sont des actions d’amour.
Que la splendeur de Seigneur illumine ton cœur. Alors il y aura pour toi de la lumière en dedans, au-dehors et partout.
Que tes actions sois l’œuvre spontanée de Dieu qui est en toi.
Abandonne ton orgueil et permets à Dieu d’agir en toi.
Dieu est l’unique Réalité ; Dieu est l’unique Vérité. Sache-le et ne vis plus que pour Dieu.
Ne t’attache pas aux choses périssables ; que l’éternel soit ton tout, en tout.
Ne poursuis pas des ombres : le nom, la gloire et la célébrité apparaissent et disparaissent, t’entraînant vers la ruine et la souffrance.
Libère-toi des séductions du désir et de l’or, qui éteignent la Lumière divine et te rejettent dans la misère et dans l’obscurité.
La fleur divine ne fleurit en toi que dans une atmosphère d’innocence et de sincérité.
Laisse là le monde. Ta tâche est de trouver Dieu et lui seul.
Absorbe-toi dans la pensée de Dieu.
Sois toujours plongé dans la conscience de Dieu, dans un état de béatitude et de paix transcendantes.
Sois toujours vigilant ; fais de Dieu ton aide, ton ami et ta mère.
L’ égo est le tentateur ; c’est lui le Satan de Jésus-Christ, le Mara de Bouddha et le Kama de Shiva.
Ne désespère pas aux moments d’échec et d’abattement.
La grâce de Dieu est sur toi.
Cherche son aide. Il est tout puissant.
Il te demande l’abandon complet ; c’est alors seulement que tu deviendras sien.
Laisse Dieu te changer en toi-même ; te façonner selon sa volonté. Il t’illuminera et te rendra conscient de ton identité avec lui.
Tu es à la fois Un avec Dieu et différent de Lui.
Tous sont Un en Esprit ; la diversité réside dans les corps et les formes qui sont les manifestations de l’Esprit. Telle est l’Unité divine : dans la variété et la multiplicité.
Si tu désires t’abandonner à Dieu, souviens-toi toujours de Lui.
Que la sainteté et la pureté de Dieu soient ta demeure permanente.
Sois pareil à la fleur qui répand toujours un parfum de joie et d’amour.
Prie afin d’être toujours en Lui et que Lui soit en toi, et que tu en sois conscient.
Rien n’est à toi ; tout est à Dieu, ne l’oublie pas !
Tu es venu de Dieu et tu es en route vers Lui.
Marche sur le sentier des Saints et des sages et sache que ce sentier est le but lui-même.
Lorsque tu chemines sur ce sentier, tu as déjà atteint ta destination.
Sache que tu es l’Esprit immortel.
Baigne toujours dans la splendeur et la gloire du Seigneur.
Sois toujours calme et joyeux.
Que toujours tes yeux regardent avec bonté, que ta langue parle avec indulgence et que tes mains touchent avec douceur.
Soulager un cœur qui souffre, inspirer du courage à l’esprit abattu, amener le sourire sur un visage pâle de douleur, apaiser un chagrin par d’aimantes paroles, telles sont les œuvres de celui qui aime Dieu.
Offres-toi tout entier à Dieu et sois son serviteur fidèle.
Garde-toi de la vanité et de la prétention.
Souviens-toi que Dieu qui est en toi, fait toute chose.
Glorifie Dieu et son nom.
Les distinctions de caste, de croyance, de couleur et de race sont fausses. Tout est UN en Dieu.
Contemple Dieu en tout, aime le en tout, sers-le en tout et sois Un avec tout.
Dieu qui vit dans ton cœur, vit aussi dans tous les autres cœurs.
Ton union avec lui signifie ton union avec tous.
Comprends que Dieu est l’auteur de l’action.
Renonce à ta volonté propre ; que la volonté de Dieu soit ta volonté.
Te renoncer toi-même te procure amour, paix et joie, ce qui permet à Dieu de se manifester en toi.
Ne résiste pas au mal.
Rends le bien pour le mal. Pardonne, pardonne, pardonne toujours ! Que tel soit le mot d’ordre de ta vie.
L’amour de Dieu c’est le pardon et la compassion mêmes.
Purifie ton cœur afin que Dieu puisse y siéger.
Il n’y a pas de vertu plus grande que l’humilité, ni de vice plus grand que l’orgueil.
Abandonne toute idée de parade et d’hypocrisie.
Chasse la peur, le doute et l’anxiété.
Abandonne tous tes plans et tous tes projets d’avenir.
Chaque minute passée en communion avec Dieu est pleine de joie.
La connaissance commence à poindre : tu vois Dieu présent en toi.
Comme les poussins se sentent en sécurité sous l’aile de la mère poule, sois en paix sous l’influence protectrice de Dieu, qui est ta mère divine.


Agir pour la perfection de l’Action

Aimer pour la perfection de l’Amour.
Donner pour la perfection du Don.
Penser pour la limpidité parfaite de la pensée.
Prier pour la perfection de l’Adoration et pour rien d’autre.
 
  Aujourd’hui !

La chose la plus précieuse que tu possèdes est : Aujourd’hui !
Aujourd’hui et ta priorité, même s’il est coincé entre hier et demain.
Aujourd’hui, tu peux être heureux, pas hier ni demain.
Hier est passé et demain n’est pas encore là.
La vaste majorité de nos misères sont des restes d’hier ou empruntés à demain.
Garde ton Aujourd’hui propre.
Décide dans ton esprit de jouir de ta nourriture, de ton travail, de tes loisirs coûte que coûte Aujourd’hui .
Aujourd’hui est à toi, c’est à toi qu’il a été donné.
Tous les hier sont partis et tous les demain sont encore à venir.
Aujourd’hui est à toi. Prends-en les joies et sois heureux.
Prends-en les peines et sois toi-même.
Aujourd’hui est à toi.
Emplis-le de sorte que sur sa fin, tu puisses dire :  J’ai vécu et aimé, Aujourd’hui !
Inconnu


La Vie

La vie est une Chance, saisis-la.
La vie est Beauté, admire la.
La vie est Béatitude, savoure-la.
La vie est un Rêve, fais-en une réalité.
La vie est un Défi, fais-lui face.
La vie est un Devoir, accomplis-le.
La vie est un Jeu, joue-le.
La vie est précieuse, prends-en soin.
La vie est une Richesse, conserve-la.
La vie est Amour, jouis-en.
La vie est un Mystère, perce-le.
La vie est Promesse, remplis-la.
La vie est Tristesse, surmonte-la.
La vie est un Hymne, chante-le.
La vie est un Combat, accepte-le.
La vie est une Tragédie, prends-la à bras-le-corps.
La vie est une Aventure, ose-la.
La vie est Bonheur, mérite-là.
La vie est la vie, défends-là !

Mère Térésa 


S’enrichir du Passé, espérer l’Avenir, accueillir le Présent

A chaque instant de notre vie, quoi qu’il arrive, nous avons le choix entre l’espoir et le désespoir. Et notre vie n’est faite que d’instants. Surveillez bien cette phrase que vous êtes en train de lire : elle arrive en vous mot par mot, l’un après l’autre et avant que vous le lisiez, chaque mot est encore dans l’Avenir, mais dés que vous l’avez lu, il est déjà tombé dans le Passé. Il ne reste au Présent que pendant l’infime fraction de seconde où votre regard le survole. Nous croyons vivre au Présent, mais le Présent n’est qu’une frontière sans épaisseur qui se déplace sans arrêt entre le Passé et le Futur. Nous vivons, en fait dans le souvenir du Passé immédiat et l’anticipation de l’Avenir imminent.
Du Passé, rappelons-nous volontairement de préférence les bons souvenirs, si courts soient-ils, les exquises secondes qui nous ont illuminés, et même si les moments qui nous ont écorchés vifs s’imposent à notre mémoire, pansons nos plaies qui veulent continuer de saigner avec le baume très simple de cette constatation : les pires moments du passé ont une qualité extraordinaires : ils sont passés !
Laissons-les donc s’enfoncer dans les brumes du « n’est plus » et surtout ne les appelons pas en notre fugitif présent pour projeter leur venin sur l’avenir.
De celui-ci attendons tout, et ne craignons rien : ce doit être notre choix. Si ce qui est à craindre arrive, nous ne le subirons qu’à son moment, au lieu de nous ravager mille fois en l’imagination par avance. Et si ce qui arrive est heureux, gardons-le en pleine lumière dans notre conscience, après l’avoir dégusté en ses moindres replis, pendant sa brève traversée de notre présent.
Car celui-ci peut se dilater. Si nous recevons ce qui arrive avec toutes nos portes ouvertes, celles de nos sens, de nos émotions et de notre intelligence, si nous faisons face à la vie de l’instant, et à celle qui va suivre, avec un amour positif et actif, pour l’homme, pour l’évènement, pour l’oiseau, pour l’arbre avec ses mille fois mille feuilles, pour la tuile, pour la chute sur le cul, pour le brin d’herbe entre les pavés, si nous accueillons au lieu de subir, gémissant et le dos rond, alors toute notre vie change de couleur et une seule de ses secondes peut contenir l’infini et l’éternité.
Il faut s’enrichir de son Passé au lieu de se gargariser de son vinaigre.

Il faut espérer l’ Avenir au lieu de le craindre.

Il faut accueillir le Présent au lieu de le subir.
Voilà une triple recette que je vous conseille.
Tout ce que je viens d’écrire n’empêche pas que j’ai, moi aussi des moments où je voudrais me pendre. On n’est pas en or. Il faut s’efforcer de n’être pas de boue ou de vent.
L’exemple prouve que c’est en gémissant qu’on appelle le malheur et en fonçant avec joie vers l’espoir qu’on l’oblige parfois, à se réaliser.

Inconnu


« Que celui qui cherche, ne cesse de chercher, jusqu’à ce qu’il trouve.
Et quand il trouvera, il sera bouleversé,
Et ayant été bouleversé, il sera émerveillé.
Et il règnera sur le Tout. »
Evangile selon Thomas, 2.

« Tant qu’existeront l’espace et les être sensibles, puissé-je moi aussi demeurer

pour abolir la misère du monde ».
Shantideva, maître bouddhiste du VIII siècle.

« La fleur ne s’ouvre que le jour où vient enfin le divin Amour,
où deux cœurs battent au même rythme,
où deux âmes respirent au même souffle,
Où deux corps dans la Joie de Dieu partagent la terre et les cieux ».

Anna Schakina, Sur les ailes d’Eros.

  

« La vérité est comme la Lumière du Soleil.
Le hibou la fuit, l’aigle la regarde ».
Oria, L’Evangile de la Colombe

Visez toujours la lune.
Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles.
Lester Raymond Brown

On gagne la vie avec ce que l’on reçoit, mais on la bâtit avec ce que l’on donne.
Winston Churchill

D’un œil observe le monde extérieur, de l’autre regarde au fond de toi.
Amadeo Modigliani

Le bruit fait peu de bien, le bien fait peu de bruit

Saint François de Salles

  


Citations d'Albert EINSTEIN

“Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine, en ce qui concerne l’univers, je n’ai pas acquis la certitude absolue.”
 “Je méprise profondément ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, la moelle épinière leur suffirait amplement.”
“Je ne dors pas longtemps, mais je dors vite.”
“Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt.”
“La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne… et personne ne sait pourquoi !”

“L’imagination est plus importante que le savoir.”

 “Si vous vous plaignez d’avoir des problèmes en maths que diriez-vous si vous aviez les miens.” 
"L'espéranto est la meilleure solution à l'idée de langue internationale."
"Il est hélas devenu évident aujourd'hui que notre technologie a dépassé notre humanité."
"Il n'y a que deux façons de vivre sa vie : l'une en faisant comme si rien n'était un miracle, l'autre comme si tout était un miracle."
"L'homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté."
"La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre."
 "Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."
 "Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton."
 "Nous aurons le destin que nous aurons mérité."

 "Rien ne peut être plus bénéfique à la santé humaine ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre qu'une évolution vers un régime végétarien."

"Dure époque que celle où il est plus simple de détruire un atome qu'un préjugé."
 

et bien d'autres encore... http://atheisme.free.fr/Citations/Einstein.htm